Lundi 7/11/2016 : Cinéma

Cinéma / Sinema

Lundi 7 novembre
D’al lun 7 a viz Du
Cinéma Le Douron
20h30
4€50* (participation aux frais de projection)

Partenariat : Cinéma Le Douron

En présence de réalisatrice Soazig Daniellou
Invitée : Riwanon Kervella

ar-gwim-skritellig-dessin-anna-duval-guennoc« Ar gwim »

« Ar gwim » c’est le regain, l’herbe qui repousse après la moisson quand le blé a été fauché. C’est aussi le nom donné aux enfants des quelques couples de militants qui dans les années 1950 ont fait le choix d’utiliser le breton dans leur vie familiale au moment même où la plupart des bretons l’abandonnait pour se tourner vers le français. Le film retrace l’histoire de ces enfances particulières.

ar-gwim-1-dessin-anna-duval-guennoc
« Ar gwim »

Graet e vez « ar gwim » deus ar geot a gresk en dro war lerc’h an eost, p’eo bet troc’het an ed. Evel-se ivez e oa bet lesanvet bugale an nebeut koubladoù emsaverien ‘noant dibabet ober gant ar brezhoneg en o buhez familh er bloavezhioù 1950, d’ar mare dres ma oa an darn vrasañ deus ar vretoned o tilezel anezhañ evit ar galleg. Ar film a gont istor souezhus ar vugale-se.

ar-gwim-2-dessin-anna-duval-guennoc

52 min., 2015, réalisation Soazig Daniellou
VO breton sous titré
Coproduction Kalanna, TVR, Tébéo, Tébésud, France Télévisions Bretagne


« La parole assassinée »

« Simudet eo ar Gêriadenn. Liv ar marv en he c’herc’henn. Tavet eo talmoù he c’halon…  » Peut-être est-ce la première fois que vous lisez du breton. Pour Yves, Marcel ou encore Lionel, cette langue n’est pas inconnue. Elle est leur langue maternelle, ou celle de leurs parents. Le français, leur langue d’adoption. Écho d’un espoir ou d’une disparition, trois générations se répondent, et questionnent leur langue comme héritage.

la-parole-assassinee-mamm

la-parole-assassinee-marcel

la-parole-assassinee-tad

14 min., 2015, réalisation Alysson Cleret
Français
Production Bara Gwin Films